Église unie Summerlea United Church
225 50 Av, Lachine, Québec, H8T2T7, Canada. 514-634-2651
Bienvenue! / Welcome!

Pages
Pensées
2011/12/07
Le penseur (Rodin)
The Thinker (Rodin) Afin d'éviter mauvaise interprétation, quelques-unes des pensées
sont publiées dans leur langue d'origine.

The W in Christmas
The Final Inspection
Celebrating revenge
Des notes de Dieu
Les douze jours de Noël
Sur les collines d'Afghanistan
Les aptitudes que vous possédez
Deux loups
Et le cerveau?
The Shoe
Came Riding With Gladness
Des enseignes d'églises
Le paradis et l'enfer
Rite de passage
Le cercle de vie
Monstres au noir
Le bonheur c'est
Legs durables
Prière indiennne
ASAP
Teddy
Pas en vain
Le jardin
Le monde est à moi
Je l'aime
Famille
In Flanders Fields
Citations de Cuttyhunk
Les boites de Dieu
La moralité
Encore de pensées inspiratrices
Reconnaissance
Le charpentier
Dieu ne vous demandera pas
Une pensée positive
Détruire mes ennemis
Pensées des Maritimes
Entrevue avec Dieu
Les sept merveilles du monde
Mémo de Dieu
Petite prière
Cuire un gâteau
Dieu parle
Croyer / Doubter
Écoutez le chuchotement
Pensées inspiratrices
Je reviendrai à toi
Je suis reconnaissant...
Le croirions nous?
Règles de l'école du dimanche - 1914
Politesse
Mourir ressemble à quoi?
Roches
Slow Dance
Des notes de Prague
Des pensées de la mère Teresa
Souvenirs, de Michelle McKenzie
Pensées de Columbine
Poèmes d'autrefois
Pensées de Chateauguay
Le pasteur parfait
Des désirs pour les petits-enfants...
De Donna Corbin
Des conseils de Bill Gates

The W in Christmas
Retransmis par Shona Sadler 2011/12/07

Each December, I vowed to make Christmas a calm and peaceful experience. I had cut back on nonessential obligations - extensive card writing, endless baking, decorating, and even overspending. Yet still, I found myself exhausted, unable to appreciate the precious family moments, and of course, the true meaning of Christmas.

My son, Nicholas, was in kindergarten that year. It was an exciting season for a six year old. For weeks, he'd been memorizing songs for his school's "Winter Pageant."

I didn't have the heart to tell him I'd be working the night of the production. Unwilling to miss his shining moment, I spoke with his teacher. She assured me there'd be a dress rehearsal the morning of the presentation. All parents unable to attend that evening were welcome to come then.

Fortunately, Nicholas seemed happy with the compromise.

So, the morning of the dress rehearsal, I filed in ten minutes early, found a spot on the cafeteria floor and sat down. Around the room, I saw several other parents quietly scampering to their seats.

As I waited, the students were led into the room. Each class, accompanied by their teacher, sat cross-legged on the floor. Then, each group, one by one, rose to perform their song.

Because the public school system had long stopped referring to the holiday as "Christmas," I didn't expect anything other than fun, commercial entertainment songs of reindeer, Santa Claus, snowflakes and good cheer.

So, when my son's class rose to sing, "Christmas Love," I was slightly taken aback by its bold title.

Nicholas was aglow, as were all of his classmates, adorned in fuzzy mittens, red sweaters, and bright snowcaps upon their heads.

Those in the front row- center stage - held up large letters, one by one, to spell out the title of the song.

As the class would sing "C is for Christmas," a child would hold up the letter C. Then, "H is for Happy," and on and on, until each child holding up his portion had presented the complete message, "Christmas Love."

The performance was going smoothly, until suddenly, we noticed her; a small, quiet, girl in the front row holding the letter "M" upside down - totally unaware her letter "M" appeared as a "W".

The audience of 1st through 6th graders snickered at this little one's mistake. But she had no idea they were laughing at her, so she stood tall, proudly holding her "W".

Although many teachers tried to shush the children, the laughter continued until the last letter was raised, and we all saw it together.

A hush came over the audience and eyes began to widen.

In that instant, we understood the reason we were there, why we celebrated the holiday in the first place, why even in the chaos, there was a purpose for our festivities.

For when the last letter was held high, the message read loud and clear:

"C H R I S T W A S L O V E"

And, I believe, He still is.

Amazed in His presence... .humbled by His love.

HAVE A BLESSED CHRISTMAS SEASON!
Pensées | Pages

The Final Inspection
Forwarded by Jacques Boucher 2011/11/04

The soldier stood and faced God,
Which must always come to pass.
He hoped his shoes were shining,
Just as brightly as his brass.

'Step forward now, you soldier,
How shall I deal with you ?
Have you always turned the other cheek ?
To My Church have you been true?'

The soldier squared his shoulders and said,
'No, Lord, I guess I ain't.
Because those of us who carry guns,
Can't always be a saint.

I've had to work most Sundays,
And at times my talk was tough.
And sometimes I've been violent,
Because the world is awfully rough.

But, I never took a penny,
That wasn't mine to keep...
Though I worked a lot of overtime,
When the bills got just too steep.

And I never passed a cry for help,
Though at times I shook with fear.
And sometimes, God, forgive me,
I've wept unmanly tears.

I know I don't deserve a place,
Among the people here.
They never wanted me around,
Except to calm their fears.

If you've a place for me here, Lord,
It needn't be so grand.
I never expected or had too much,
But if you don't, I'll understand.

There was a silence all around the throne,
Where the saints had often trod.
As the soldier waited quietly,
For the judgment of his God.

'Step forward now, you soldier,
You've borne your burdens well.
Walk peacefully on Heaven's streets,
You've done your time in Hell.'

Author Unknown
Pensées | Pages

Celebrating revenge killings signals deep moral change
By HENRY AUBIN, The Gazette May 7, 2011
I remember shuddering at film footage of Sikhs in London dancing, cheering and setting off fireworks in response to the assassination of Indira Gandhi in 1984. Such public revelry, I thought, was mercifully foreign to the traditional Western belief in the sacredness of human life. I smugly assumed we'd never see it in mainstream Western society.

Wrong. If some of the response to Osama bin Laden's death this week is any sign, that belief is on the wane.

Thousands of young Americans, mostly university students, cavorted, sang and waved flags in Times Square, in front of the White House, in Harvard Yard and on many other campuses. The crowds saw the al-Qaida leader's death as proper vengeance for his followers' attacks on iconic buildings that had killed thousands of civilians - not so different from those Sikhs (not all Sikhs) who regarded the prime minister of India's death as a fit reckoning for an attack by Indian troops on one of Sikhism's holiest sites, the Golden Temple, an operation causing hundreds of civilian deaths.

The parallel detracted from my initial reaction to the raid, which was relief that bin Laden could commit no more crimes against humanity and admiration for the hit team's competence. Even if bin Laden was unarmed when shot, killing him was still an act of self-defence given his ability to inspire terrorism. But I wonder if partying in the streets is more than just bad taste and if it signals a deeper moral change.

The mother of a young woman who died on 9/11 stated the traditional morality movingly. Interviewed on CBC's As It Happens, she said she could not share the students' joy: "In our family we do not celebrate death." She made the vital distinction between hating the sin but loving (or at least not hating) the sinner - a teaching that is central to the Judeo-Christian tradition and many other religions as well.

When I grew up in the 1950s, that idea that death was not to be celebrated was still quite common in popular culture aimed at youngsters. In comic books and on the screen, my heroes Roy Rogers and the Lone Ranger would (with improbable marksmanship) shoot the guns out of villains' hands - implicitly, the bad guys still had a chance to turn their lives around. Today, in video games and in movies, the glory is in blasting the other guy into molecules. Wreaking bloody revenge is simply what heroes do. No wonder so many members of a generation raised on such fare went nuts over the daring bin Laden assassination.

Here are some other views of a sort that don't get much airtime these days:

- The Rev. Martin Luther King, Jr. in 1957: "Returning hate for hate multiplies hate, adding deeper darkness to a night already devoid of stars. Darkness cannot drive out darkness; only light can do that. Hate cannot drive out hate; only love can do that. Hate multiplies hate, violence multiplies violence, and toughness multiplies toughness in a descending spiral of destruction."

- Rabbi Zvi Yehuda, of Cleve-land, this week: "In the ethics of Judaism, there can be no joy in any killing of any living being, particularly of a human ... We rejoice in eliminating evil, not in killing people."

For an additional perspective, I called up one of the most conscientious people I know, Peter Brown, 71, a McGill professor, author of books on ecology and a Quaker.

His take: "The whole handling of 9/11 is a tragic waste - no learning occurred about why the U.S. is so hated. What happened this week is the continuance of a revenge cycle. We should seek to understand our enemies - look at the world from their point of view, with an attempt to understand our role in what is playing out. A civilized person sees revenge cycles as primitive and barbaric - what we seek to rise above."

Middle Eastern crowds sympathetic to terrorism revelled at bin Laden's success on 9/11. If we in the West respond in kind to our counterstrikes, bin Laden will have scored yet another success: He'll have dragged us away from our ethical moorings and into a spiral of endless hate.

haubin@montrealgazette.com
Pensées | Pages

Des notes de Dieu
Reçu de Michèle Bitauld 2011-04-18
(de http://nubiagroup.blogspot.com)
Ne permettez pas aux inquiétudes de vous survaincre.
Rappelez vous: Moise est parti d'un cas de panier.
Des gens sont aimables, polis et de bon esprit,
jusqu'à ce que vous vous assoyer dans leur banc.
Plusiers personnes désirent servir Dieu,
Mais seulement en tant de conseiller.
C'est plus facile de precher dix sermons
que d'en vivre un.
Quand vous vous trouvez au bout du rouleau
vous trouverez que Dieu y habite.
L'opportunité frappe une fois,
Mais la tentation cogne sans terminaison.
Dieu ne juge personne avait qu'elle est morte,
alors pourquoi le faites vous?
La paix débute d'un sourire.
La coincidence est quand
Dieu reste anonyme.
Ne pas mettre un point d'interrogation
où Dieu a mis un point.
Dieu n'appelle pas les qualifiés.
Il qualifie les appelés.
Dieu promet un atterissage sauf,
pas un voyage calme.
La volonté de Dieu ne vous amène jamais
où la grace de Dieu ne vous protègera pas.
Si Dieu est votre co-pilote,
changer de places.
Prière:
Ne pas donner d'instructions à Dieu,
simplement se présenter pour le devoir.
La tâche devant nous n'est jamais si grande
que le Pouvoir derrière nous.
Le vie n'est pas d'attendre que la tempête passe.
C'est apprendre à danser dans la pluie.
On peut déterminer la grandeur de quelqu'un
de ce qu'il faut pour le décourager.
Pensées | Pages

Les douze jours de Noël
Reçu d'Ellen Johnstone 2010-12-08
Voici une interprétation de cette chanson distribuée sur Internet, sans authentification.

Voir Snopes

De 1558 jusqu'à 1829, les Catholiques en Angleterre ne furent pas permis de pratiquer leur religion ouvertement. Donc quelqu'un a écrit cette chanson pour aider aux jeunes à se souvenir du catéchisme.

- La perdrix dans un poirier est Jésus Christ.

- Les deux colombes de tortue sont les deux Testaments.

- Les trois poules françaises sont la foi, l'espoir et l'amour.

- Les quatre oiseaux appelant sont les quatre évangiles selon Matthieu, Marc, Luc & Jean.

- Les cinq bagues d’or sont les premières cinq livres du Vieux Testament.

- Les six oies en pont sont les six jours de la création.

- Les sept cygnes qui nagent représentent les cadeaux de l'esprit saint -- prophétie, service, enseigner, exhortation, contribution, leadership, et grâce.

- Les huit trayeuses sont les huit béatitudes.

- Les neuf dames qui dansent sont les neuf fruits de l'esprit saint - l'amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la gentillesse, et le sang-froid.

- Les dix seigneurs qui sautent sont les dix commandements.

- Les onze flûtistes qui jouent sont les onze disciples fidèles.

- Les douze tambours symbolisent les douze croyances du Credo.
Pensées | Pages

Sur les collines d'Afghanistan
Reçue de Tom Pavlasek 2009-11-11
Traduction du webgars - améliorations les bienvenues.
Sur les collines d'Afghanistan les pavots à opium poussent,
et le commerce en drogues se déroule sans secousse,
on s'occupé à faire de l'héroïne
combler la demande Euro-Américaine,
et nous oublions le conseil d'Alexandre ,
Dehors d'Afghanistan c'est difficile se rendre.

Version originale
On Afghan hills the opium poppies bloom,
While the Taliban drug business is in a boom.
Busily the heroin they do distill,
The Euro-American dope trade they must fill.
And Alexander the Great's advice we did forget,
That out of Afganistan it's hard to get.
Tom Pavlasek 2008-11-11
Pensées | Pages

Les aptitudes que vous possédez
Henry Van Dyke à la Citation du jour à la Gazette de Montréal, 2009-08-09
Utilisez les aptitudes que vous possédez,
car les forêts seraient très silencieuses
si seul les oiseaux meilleures chanteuses chantaient.
Pensées | Pages

Et le cerveau?
Reçue 20090728 dans E-News de Craig Travel
L'enseignante essaie d'expliquer la théorie d'évolution à la classe.

Elle demand à Tommy, Vois-tu l'arbre en dehors?
Tommy: Oui.
Enseignante: Tommy, vois-tu l'herbe en dehors?
Tommy: Oui.
Enseignante: Vas en dehors regarder le ciel.
Tommy: D'accord. (Il revient assez tôt.) Oui, j'ai vu le ciel.
Enseignante: Y as-tu vu Dieu?
Tommy: Non.
Enseignante: Ça c'est l'idée. On ne voit pas Dieu parce-que c'est possible qu'il n'existe pas.

Une jeune fille dans la classe demande de poser des question à Tommy. L'enseignante est d'accord et la jeune fille demande:
Jeune fille: Tommy, vois-tu l'arbre en dehors?
Tommy: Oui.
Jeune fille: Tommy vois-tu l'herbe en dehors?
Tommy: Oui!
Jeune fille: As-tu vu le ciel?
Tommy: Oui!
Jeune fille: Tommy, vois-tu l'enseignante?
Tommy: Oui
Jeune fille: Vois-tu son cerveau?
Tommy: Non
Jeune fille: Alors, d'après ce qu'on a appris aujourd'hui, c'est possible qu'elle n'en a pas!
Pensées | Pages

Deux loups
Retransmis 20090728 par Dianne Goodyear de Kingston, ON
Une soirée le vieux Chérokee raconte à son petit-fils l'histoire de la bataille qui fait rage à l'intérieur des gens.
Il lui dit, "Mon fils, la bataille des deux loups fait rage à l'intérieur de nous tous."

L'une est le mal: colère, envie, jalousie, douleur, regret, avidité, arrogance, pitié de soi, culpabilité, ressentiment, infériorité, mensonges, orqueil, supériorité, égo.

L'autre est le bon: joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienfaisance, sympathie, générosité, vérité, compassion, foi.

Le petit-fils y pense quelques moments, puis il demande, "Lequel des loups gagne?"

Répond le vieux Chérokée,

"Celui qu'on nourrit."
Pensées | Pages

The Shoe
Retransmis 20090203 par Beryl Reidl de Walkerton, Ontario

I showered and shaved...............
I adjusted my tie. I got there and sat..............
In a pew just in time. Bowing my head in prayer.........
As I closed my eyes. I saw the shoe of the man next to me.....
Touching my own. I sighed.

With plenty of room on either side......
I thought, "Why must our soles touch?"
It bothered me, his shoe touching mine...
But it didn't bother him much.

A prayer began: "Our Father"............
I thought, "This man with the shoes.has no pride.
They're dusty, worn, and scratched.
Even worse, there are holes on the side!"

"Thank You for blessings," the prayer went on.
The shoe man said...............a quiet "Amen."
I tried to focus on the prayer.......
But my thoughts were on his shoes again.

Aren't we supposed to look our best.....
When walking through that door?
Well, this certainly isn't it," I thought,
Glancing toward the floor.

Then the prayer was ended...........
And the songs of praise began.
The shoe man was certainly loud......
Sounding proud as he sang.

His voice lifted the rafters.........
His hands were raised high.
The Lord could surely hear....
The shoe man's voice from the sky.

It was time for the offering........
And what I threw in was steep.
I watched as the shoe man reached....
Into his pockets so deep.

I saw what was pulled out............
What the shoe man put in.
Then I heard a soft "clink" ....
as when silver hits tin.

The sermon really bored me..........
To tears, and that's no lie.
It was the same for the shoe man.....
For tears fell from his eyes.

At the end of the service........
As is the custom here.
We must greet new visitors....
And show them all good cheer.

But I felt moved somehow.............
And wanted to meet the shoe man.
So after the closing prayer..........
I reached over and shook his hand.

He was old and his skin was dark.....
And his hair was truly a mess.
But I thanked him for coming.........
For being our guest.

He said, "My names' Charlie..........
I'm glad to meet you, my friend."
There were tears in his eyes.........
But he had a large, wide grin.

"Let me explain," he said...........
Wiping tears from his eyes.
"I've been coming here for months....
And you're the first to say 'Hi.'" "

I know that my appearance.........
"Is not like all the rest.
"But I really do try.................
"To always look my best."

"I always clean and polish my shoes....
"Before my very long walk.
"But by the time I get here.........
"They're dirty and dusty, like chalk."

My heart filled with pain............
and I swallowed to hide my tears
As he continued to apologize........
For daring to sit so near.

He said, "When I get here...........
"I know I must look a sight.
"But I thought if I could touch you..
"Then maybe our souls might unite."

I was silent for a moment...........
Knowing whatever was said
Would pale in comparison...
I spoke from my heart, not my head.

"Oh, you've touched me," I said......
"And taught me, in part;
"That the best of any man............
"Is what is found in his heart."

The rest, I thought,.................
This shoe man will never know.
Like just how thankful I really am...
That his dirty old shoe touched my soul

Just Me
Pensées | Pages

Came Riding With Gladness
De Carolyn Davis,
Chantée par Connie Osborne & Leslie Field au service du 11 jan 2009.

Came riding with gladness men of old,
To show Jesus their favor: praise God.
Mix gladness with goodness: we get emotional gold---
Such feelings fine to savor, praise God.

Refrain: Our God once touched the life-winding wheel,
The human brain designing,
He well thought, " I'll plant potential to feel
High merriment and gladness."
With God as guide the human race gropes
(This view's from reverent divining).
Evolve we in accord with God's hopes;
Come less despair and sadness.

And also with gladness came women and all.
So, new carols we're singing: praise God.
Base justice on love: each life should be a call.
Hear joy bells, hear good bells all ringing, praise God.

Refrain
Pensées | Pages

Des enseignes d'églises
Retransmis 20090112 par Mary Guynan

Pensées | Pages

Le paradis et l'enfer
Retransmis le 20081124 par Marion Golden
Le savant demande au seigneur, "Seigneur, je désire savoir la différence entre le paradis et l'enfer."

Le seigneur méne le savant à deux portes. Il ouvre l'une des portes et le savant y regarde. Au centre de la salle est une table sur laquelle reste un gros pot de ragoût. Mais les gens autour de la table sont maigres et ils ont l'air affamés.

Chacun est muni d'une cuillère à queue longue fixée au bras, mais puisque la queue est plus longue que le bras ils peuvent la mettre dans le pot, mais ils ne peuvent pas la mettre à la bouche.

Le savant est triste de leur misère.

Puis il ouvre l'autre porte. C'est pareil comme l'autre, avec le gros pot de ragoût et les longues cuillères fixées aux bras. Mais ici les gens sont en bonne santé et ont l'air heureux.

"Je ne comprends pas", de dit le savant.

"C'est simple", dit le seigneur. "Il ne faut qu'une habileté. Au paradis ils se nourissent les uns les autres, à l'enfer ils ne pensent qu'à eux-mèmes."
Pensées | Pages

Rite de passage
Forwarded 20080411 by Betty Belfry.
Connaissez-vous la légende du rite de passage d'un jeune Amérindien?

Son père l'amène dans la forêt, lui bande les yeux et le laisse tout seul. Il doit rester assis sur une souche toute la nuit et ne pas enlever la bande des yeux avant que les rayons du soleil y passent le matin. Il ne doit pas crier de l'aide de personne. S'il survit la nuit il sera un homme. Il ne doit pas en parler aux autres garçons parce que chacun doit faire la passage par lui même.

Le jeune est évidement térrifié. Il entend toutes sortes de bruits. Des bêtes sauvages sont surement autour de lui. Même des humains pourraient peut-être lui faire mal. Le vent souffle l'herbe et la terre et fait trembler sa souche, mais il demeure stoïquement, sans enlever la bande des yeux. C'est la seule façon de devenir homme.

Enfin, après une nuit de terreur, le soleil apparait et il enlève la bande des yeux.

En ce moment il découvre son père assis sur la souche à côté. Il y a demeuré toute la nuit, en protégeant son fils de mal.
Pensées | Pages

Le cercle de vie
Cité de Louisa Papatie, parlant en algonquin à la commission
d'enquète d'accommodement raisonnable des immigrants.
Tiré de la Gazette de Montréal le 16 septembre 2007
Traduction du webmestre.
"Tout se relie au cercle, la roue de la vie. C'est l'unité des nations.
Aucune religion n'est meilleure qu'aucune autre. Aucune culture n'est meilleure qu'aucune autre."
Pensées | Pages

Monstres au noir
Poème de Master Corporal Jeffrey Walsh, tué en Afghanistan le 9 août 2006, crée en février 2006.
Tiré de la Gazette de Montréal le 10 août 2006
(Traduction non poétique du webmêstre)
Je sais qu'ils sont là;
Je ne l'ignore plus.
Me câcher sous la couverture
ne les empêchera pas de revenir.
À la place j'ai choisi de les affronter
quoique la peur m'entoure.
Parce que si je ne les arrête pas
Nos enfants ne seront jamais libres.
Pensées | Pages

Le bonheur c'est
Courriel du pilote retraité du Corps de l'Aviation Royal du Canada Ken Olsen,
durant qu'il souffrait de la leucémie, à sa fille Carolyn -
reçu à l'occasion de son décès le 26 avril 2006.
"Les gens les plus heureux n'ont pas nécessairement le meilleur de tout:
ils se débrouillent tout simplement de ce qu'ils ont.
Le bonheur c'est pour ceux qui pleurent, ceux qui souffrent, ceux qui ont cherché et ceux qui ont essayé,
parce que eux seuls savent apprecier l'importance des gens qui leur ont touché la vie."
(Traduit de l'anglais par le webmestre.)
Pensées | Pages

Legs durables
Enseigne sur la porte de l'église Christ Church United,
Deux Montagnes, Québec, 2005-07-17
Il n'exist que deux
legs durables
que nous pouvons donner
à nos enfants -
l'un est des racines
l'autre des ailes.
Pensées | Pages

Prière amerindiennne
Du service en commémoration de Julius Csisztu 14 mai 2005

N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
je ne suis pas là , je ne dors pas,
je suis les milles vents qui soufflent,
je suis le scintillement des cristaux de neige,
je suis la lumière que traverse les champs de blé,
je suis la douce pluie d'automne,
je suis l'éveil des oiseaux dans le calme matin,
je suis l'étoile qui brille la nuit.
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,
je suis pas là, je ne suis pas morte.

(Traduction tirée de la page Internet
www.lemondedemichelle.com/Priere_Amerindienne.htm)
Pensées | Pages

ASAP
Retransmis 2005-04-07 par Dail Krujelskis

Ever wonder about the abbreviation A.S.A.P.? Generally we think of it in terms of even more hurry and stress in our lives. Maybe if we think of this abbreviation in a different manner, we will begin to find a new way to deal with those rough days along the way.

There's work to do, deadlines to meet;
You've got no time to spare,
But as you hurry and scurry -
ASAP - Always Say A Prayer

In the midst of family chaos,
"Quality time" is rare.
Do your best; let God do the rest -
ASAP - Always Say A Prayer

It may seem like your worries
Are more than you can bear.
Slow down and take a breather -
ASAP - Always Say A Prayer

God knows how stressful life is;
He wants to ease our cares,
And He'll respond to all your needs -
ASAP - Always Say A Prayer
Pensées | Pages

Teddy
Retransmis par Joan McCauley 2003-08-05
La première journée de l'école la maitresse a dit aux élèves qu'elle les aimait tous pareil. Ça, pourtant, n'était pas possible, parce que là en première rangée se trouvait un petit garçon qui s'appelait Teddy Stoddard.

Mme. Thompson avait regardé Teddy l'année précédante et elle remarquait qu'il ne jouait pas bien avec les autres enfants, que ses vêtements n'étaient pas propre et qu'il avait besoin de se baigner. En plus, Teddy était parfois mauvais.

Il est arrivé au point où Mme Thompson aimait marquer ses papiers en crayon rouge de grands X, avec un gros F au haut du papier.

À l'école où enseignait Mme Thompson on l'exigait reviser les anciens dossiers et elle attenda au dernier regarder ceux de Teddy. Quand elle a finalement regarder ses dossiers elle y a trouvé des surprises.

En première année la maitresse avait écrit, «Teddy est un élève intelligent qui rie beaucoup. Il travaille bien et il est poli... tout le monde l'aime.»

En deuxième année la maitresse avait écrit,«Teddy est un excellent élève, bien aimé de ses copains, mais il s'inquiète parce que sa mère est atteinte d'une maladie terminale et la vie chez lui doit être difficile.»

En troisième année la maitresse avait écrit, «Le décès de sa mère a été très difficile pour Teddy. Il travaille fort mais son père ne s'intéresse pas beaucoup et la vie chez lui va l'affecter si on ne s'occupe pas de lui.»

En quatrième année la maitresse avait écrit, «Teddy ne s'intéresse pas beaucoup des études. Il n'a pas d'amis et il dort parfois en classe.»

En ce moment Mme Thompson s'est rendue compte du problème et elle avait honte. Le pire fut quand les élèves lui ont apporté des cadeaux de Noël, tous emballés de rubans et de beau papier, à part celui de Teddy. Le sien fut emballé de papier brun de sac d'achâts. Mme Thompson s'est assurée de l'ouvrir parmi les autres cadeaux. Quelques-uns des élèves se sont mis à rire quand elle y a trouvé un bracelet en cailloux du Rhin qui manquait des pierres et une bouteille de parfum moitié pleine. Mais Mme Thompson a mis le bracelet et un peu du parfum au poignet. Après l'école Teddy a resté juste assez longtemps pour lui dire,
«Mme Thompson, aujourd'hui vous sentez exactement comme ma mère au passé.» Quand les enfants étaient tous partis elle a pleuré longtemps.

Ce jour-là, elle a cessé d'enseigner la lecture, l'écriture, et le mathématique. Au lieu, elle a commencé à instruire les enfants. Elle portait attention en particulier à Teddy. En travaillant avec lui, son esprit a commencé à vivre. Plus elle l'encourageait, plus vite il réagissait. À la fin de l'année, Teddy arrivait parmi les premiers de la classe, et il était le favori de Mme Thompson.

Un an après, Mme Thompson a trouvé une note de Teddy sous la porte, lui dire qu'elle était la meilleure maitresse qu'il avait eu de sa vie.

Six ans ont passé avant de recevoir une autre note de Teddy. Cette fois il a écrit qu'il avait complété secondaire, troisième de sa classe, et qu'elle était toujours la meilleure maitresse qu'il avait eu de sa vie.

Quatre ans après, elle a reçu une autre lettre, lui dire que ç'avait été difficile mais qu'il allait bientôt compléter l'université avec grand succès. Il a répété que Mme Thompson était toujours la meilleure maitresse de sa vie.

Après encore quatre ans une autre lettre est arrivée. Cette fois il a expliqé qu'après avoir obtenu son baccalaureat il avait décidé que continuer encore, et qu'elle était toujours la meilleure maitresse de sa vie. Mais maintenant son nom était plus long...
La lettre fut signée Theodore F. Stoddard, MD.

Ce n'est pas la fin de l'histoire. Au printemps une autre lettre est arrivée de Teddy. Il allait se marier et il voudrait que Mme Thompson joue le rôle de sa mère. Évidemment, Mme. Thompson était bien contente de le faire. Et elle a porté le parfum que Teddy lui avait donné il y avait tant d'années.

Ils se sont embracés, et le Dr. Stoddard a parlé bas à Mme. Thompson,
«Merci Mme. Thompson de m'avoir appuyé. Merci de m'avoir donné un sens d'être significant et que je pourrais faire de l'important.»

Mme. Thompson lui a répondu, des larmes aux yeux,
«Au contraire, Teddy, c'est toi qui m'as appris que je pouvais faire de quoi. Je ne savais pas enseigner avant de te rencontrer.»

(Le Dr. Stoddard est le médecin renommé de l'aile de cancer Stoddard à l'hôpital Iowa Methodist à Des Moines, Iowa, EU.)
Pensées | Pages

Pas en vain
Retransmis par Dail Jacob Krujelskis 20040322
Les gens s'exclamaient en chuchotant
en le voyant marcher le long du couloir et monter à la chaire.
Il enlève le manteau et chapeau.

Le voilà notre pasteur, habillé en "sans abri".
Personne n'a rien dit
Le pasteur a mis la Bible sur le lutrin.
"Mes amis, ce matin je n'ai pas besoin de vous dire le sujet du sermon."
Puis il a commencé à chanter une chanson.
    «Si je réussis à aider quelqu'un en passant.
    Si je peux égayer quelqu'un d'un mot ou d'une chanson
    Si je peux montrer à quelqu'un une meilleure route à suivre
    Ça veut dire que ma vie n'est pas en vain.»
Quelques définitions
    La justice - quand vous recevez ce que vous méritez.

    La pitié - quand vous ne recevez pas ce que vous méritez.

    La grâce - quand vous recevez ce que vous ne méritez pas.
Pensées | Pages

Le jardin
Retransmis par Dail Jacob Krujelskis 20040228
Come to the garden alone, while the dew is still on the roses....

FOR THE GARDEN OF YOUR DAILY LIVING,

PLANT THREE ROWS OF PEAS:

1. Peace of mind
2. Peace of heart
3. Peace of soul

PLANT FOUR ROWS OF SQUASH:

1. Squash gossip
2. Squash indifference
3. Squash grumbling
4. Squash selfishness

PLANT FOUR ROWS OF LETTUCE:

1. Lettuce be faithful
2. Lettuce be kind
3. Lettuce be patient
4. Lettuce really love one another

NO GARDEN IS WITHOUT TURNIPS:

1. Turnip for meetings
2. Turnip for service
3. Turnip to help one another

TO CONCLUDE OUR GARDEN WE MUST HAVE THYME:

1. Thyme for each other
2. Thyme for family
3. Thyme for friends

WATER FREELY WITH PATIENCE AND CULTIVATE WITH LOVE.
THERE IS MUCH FRUIT IN YOUR GARDEN BECAUSE
YOU REAP WHAT YOU SOW.
Pensées | Pages

Le monde est à moi
Retransmis par Dail Jacob Krujelskis 20040228
Today, upon a bus, I saw a very beautiful woman.
And wished I were as beautiful.
When suddenly she rose to leave,
I saw her hobble down the aisle.
She had one leg and wore a crutch.
But as she passed, she passed a smile.
Oh, God, forgive me when I whine.
I have two legs; the world is mine.

I stopped to buy some candy.
The lad who sold it had such charm.
I talked with him, he seemed so glad.
If I were late, it'd do no harm.
And as I left, he said to me, "I thank you,
you've been so kind.
It's nice to talk with folks like you.
You see," he said, "I'm blind."
Oh, God, forgive me when I whine.
I have two eyes; the world is mine.

Later while walking down the street,
I saw a child I knew.
He stood and watched the others play,
but he did not know what to do.
I stopped a moment and then I said,
"Why don't you join them dear?"
He looked ahead without a word.
I forgot, he couldn't hear.
Oh, God, forgive me when I whine.
I have two ears; the world is mine.

With feet to take me where I'd go.
With eyes to see the sunset's glow.
With ears to hear what I'd know.
Oh, God, forgive me when I whine.
I've been blessed indeed, the world is mine.
Pensées | Pages

Je l'aime
(Source inconnue)
The 92-year-old, petite, well-poised and proud lady, who is fully dressed each morning by eight o'clock, with her hair fashionably coifed and makeup perfectly applied, even though she is legally blind, moved to a nursing home today. Her husband of 70 years recently passed away, making the move necessary.

After many hours of waiting patiently in the lobby of the nursing home, she smiled sweetly when told her room was ready. As she maneuvered her walker to the elevator, I provided a visual description of her tiny room, including the eyelet sheets that had been hung on her window.

"I love it," she stated with the enthusiasm of an eight-year-old having just been presented with a new puppy.

"Mrs. Jones, you haven't seen the room .... just wait."

"That doesn't have anything to do with it," she replied. "Happiness is something you decide on ahead of time. Whether I like my room or not doesn't depend on how the furniture is arranged... it's how I arrange my mind. I already decided to love it ... "It's a decision I make every morning when I wake up. I have a choice; I can spend the day in bed recounting the difficulty I have with the parts of my body that no longer work, or get out of bed and be thankful for the ones that do.

Each day is a gift, and as long as my eyes open I'll focus on the new day and all the happy memories I've stored away ... just for this time in my life.

Old age is like a bank account ... you withdraw from what you've put in ..

So, my advice to you would be to deposit a lot of happiness in the bank account of memories.

Thank you for your part in filling my Memory bank. I am still depositing.

Remember the five simple rules to be happy:

1. Free your heart from hatred.
2. Free your mind from worries.
3. Live simply.
4. Give more.
5. Expect less.
Pensées | Pages

Famille
(Source inconnue)
Are you aware that if we died tomorrow, the company that we are working for could easily replace us in a matter of days. But the family we left behind will feel the loss for the rest of their lives.

And come to think of it, we pour ourselves more into work than into our own family, an unwise investment indeed, don't you think?

So what is behind the story?

Do you know what the word FAMILY means?
FAMILY = Father And Mother I Love You.
Pensées | Pages

In Flanders Fields
Le poème « In Flanders Fields » a éte publié pour la première fois dans le magazine anglais Punch, en décembre 1915. En quelques mois, ce poème allait devenir le symbole des sacrifices consentis par tous les combattants de la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui encore, on continue à le réciter lors des cérémonies du jour du Souvenir tenues au Canada et ailleurs dans le monde.

Le poème est l'oeuvre de John McCrae, médecin et professeur canadien qui a participé à la guerre sud-africaine et à la Première Guerre mondiale.

Source = http://www.vac-acc.gc.ca/general_f/sub.cfm?source=history/firstwar/mccrae

Au champ d'honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l'espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts,
Nous qui songions la veille encor'
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici,
Au champ d'honneur.

À vous jeunes désabusés,
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d'honneur.

(Adaptation signée Jean Pariseau, CM, CD, D. ès L. (histoire).
Pensées | Pages

Citations de Cuttyhunk
Un couple de citations du site web http://members.aol.com/cuttyhunk/index.html
Traduit en français par le webmestre. Vos améliorations seront les bienvenues. WBL
Les amis sont des anges
Qui nous tirent debout
Quand nos propres ailes
ont de la difficulté
à se rappeler voler.

La peur a frappé à la porte
La foi a répondu et n'y a trouvé personne
Friends are Angels
Who lift us to our feet
When our own wings
have trouble
Remembering how to Fly.

Fear knocked on the door....
Faith answered and found no one there.
Pensées | Pages

Les boites de Dieu
Retransmis par Mary Guynan 20040119
Traduit en français par le webmestre. Vos améliorations seront les bienvenues. WBL
J'ai dans les main deux boites,
Que Dieu m'a données garder.
Il m'a dit, «Mets toutes tes tristesses dans la noire,
Et toutes tes joies dans la dorée.»

J'ai écouté ses mots et aux deux boites,
J'ai mis mes tristesses et mes joies,
Mais bien que la dorée devenait plus pesante,
La noire restait toujours sans s'accroitre.

Curieux, j'ai ouvert la boite noire,
Je voulais savoir le pourquoi.
Et j'y ai vu au fond un trou,
Par lequel sortait mes tristesses.

J'ai montré le trou à Dieu, et lui dit,
«Je me demande où sont mes tristesses.»
En souriant il m'a répondu,
«Mon enfant, elles sont ici avec moi.»

J'ai demandé à Dieu pourquoi les deux boites,
La dorée et la noire avec trou?
«Mon enfant, la dorée est pour compter tes biens,
Et la noire est pour débarasser vous.»

I have in my hands two boxes,
Which God gave me to hold.
He said, "Put all your sorrows in the black box,
And all your joys in the gold."

I heeded His words, and in the two boxes,
Both my joys and sorrows I stored,
But though the gold became heavier each day,
The black was as light as before.

With curiosity, I opened the black,
I wanted to find out why,
And I saw, in the base of the box, a hole,
Which my sorrows had fallen out by.

I showed the hole to God, and mused,
"I wonder where my sorrows could be!"
He smiled a gentle smile and said,
"My child, they're all here with me."

I asked God, why He gave me the boxes,
Why the gold and the black with the hole?
"My child, the gold is for you to count your blessings,
The black is for you to let go."
Pensées | Pages

La moralité
Cité à la Gazette de Montréal en automne 2003.
D'abord la nourriture - ensuite la moralité.
Pensées | Pages


Encore de pensées inspiratrices
Retransmis par Mary Guynan le 7 sep 2003
Aimez... et on vous aimera.

La mesure réelle des richesses d'un homme
est ce qu'il a investi dans l'éternité.

L'important pour les parents est de vivre
les idées qu'ils enseignent.

Remerciez Dieu de ce que vous avez
Fiez-vous à Dieu de ce dont vous avez besoin.

Si vous pensez toujours aux problèmes d'hier
et des inquièts de demain
vous n'avez pas d'aujourd'hui à célébrer.

Homme regarde les apparences externes
Mais le Seigneur regarde à l'intérier.

Le choix que vous faites aujourd'hui
affectera normalement demain.

Si quelqu'un parle mal de vous,
vivre de sorte que personne ne le croit.

La patience est être capable à tourner au ralenti
quand vous avez envie de mettre pied au plancher.

L'amitié se renforce quand
on resout ensemble les problèmes.

La meilleure chose que les parents peuvent faire pour leurs enfants
est de s'aimer.

Les mots impolis ne cassent pas d'os
Mais ils cassent parfois des coeurs.

Sortir d'une difficulté,
on doit normalement y passer.

On accepte comme normal
les choses qu'on devrait célébrer.

L'amour est la seule chose qu'on peut
partager sans la diminuer.

Le bonheur est amélioré par d'autres
mais n'est pas déterminé par d'autres.

Faites ce que vous pouvez, pour quiconque,
avec ce que vous avez, et où vous êtes.
Auteur inconnu
Pensées | Pages

Reconnaissance
Citation tirée de la Gazette de Montréal le 21 juillet 2003
La reconnaissance de la plupart des hommes n'est qu'une secrète envie de recevoir de plus grands bienfaits.
François de la Rochefoucauld
Pensées | Pages

Le charpentier
Retransmis par Diane Goodyear

Il y avait une fois deux frères qui habitaient des fermes adjacentes. Après quarante ans d'existence amicable il leur est arrivé un conflit. Il a commencé d'un petit malentendu, a grandi à une divergence majeure et enfin est arrivé une échange de mots cruels suivis de semaines de silence.

Un matin quelqu'un a frappé à la porte de John. Il a ouvert la porte pour y trouver un homme avec une boite d'outils de charpentier. "Je cherche du travail pour quelques jours", a-t-il dit. "Avez-vous des petites tâches que je pourrais faire pour vous?"

"Oui", a répondu le frère aîné, "j'ai un travail pour vous. Regardez la ferme à l'autre côté du cours d'eau. C'est mon voisin, en vérité mon frère cadet. La semaine passée il y avait un pré, puis il a fait un trou dans la levée et maintenant il y a un cours d'eau entre nous. Il l'a fait peut-être de rancune, mais moi je peux faire encore mieux. Voyez-vous le bois d'oeuvre à côté de la grange? Je veux que vous me fassiez une clôture de huit pieds de hauteur afin que je ne vois plus sa visage ou sa ferme."

Le charpentier lui a répondu, "Je crois que je comprends la situation. Je pourrai le faire de façon pour vous plaire."

Le frère aîné était obligé de passer la journée en ville. Le charpentier a travaillé toute la journée.

Quand le fermier est revenu vers le coucher du soleil le charpentier était en train de terminer le travail. En le regardant le fermier était bouleversé - il n'y avait pas de clôture. Au lieu il y avait un pont - un pont à travers le cours d'eau. Un très beau pont avec même des rampes - et son frère cadet arrivait, la main à l'avant. "Tu es bien gentil construire ce pont après tout ce que j'ai dit et fait." Les deux frères s'approchaient serrer la main au centre du pont.

Puis ils ont remarqué que le charpentier se préparait à partir. "Non, restez quelques journées. J'ai encore des projets pour vous", a dit le frère aîné.

"Je voudrais bien", a répondu le charpentier, "mais j'ai beaucoup d'autres ponts à construire."
Pensées | Pages

Dieu ne vous demandera pas
Retransmis par Diane Goodyear

Dieu ne vous demandera pas quelle marque d'auto que vous aviez, mais combien de personnes sans transport que vous avez transportées.

Dieu ne vous demandera pas la grandeur de votre maison, mais il vous demandera combien de personnes vous avez hébergées.

Dieu ne vous demandera pas quels vêtements vous aviez dans l'armoire, mais il vous demandera combien de personnes vous avez aidées à s'habiller.

Dieu ne vous demandera pas quelle salaire vous avez faite, mais il vous demandera si vous vous êtes compromis pour l'avoir.

Dieu ne vous demandera pas quelle était votre boulot, mais il vous demandera si vous l'avez faite du meilleur de votre habilité.

Dieu ne vous demandera pas combien d'amis vous aviez, mais il vous demandera à combien de personnes vous étiez ami.

Dieu ne vous demandera pas quelle secteur vous habitiez, mais il vous demandera comment vous avez traité les voisins.

Dieu ne vous demandera pas la couleur de la peau, mais il vous demandera du contenu de votre caractère.
Pensées | Pages

Une pensée positive
Reçue de Joan McCauley
Pensées | Pages

Détruire mes ennemis
Abe Lincoln (1809-1865)
Pensées | Pages

Pensées des Maritimes
Voici quelques morceaux de sagesse que nous avons trouvés durant un voyage aux Maritimes et Terre Neuve l'été passé (2002).

Au musée Pier 21 à Halifax Sur un monument à Durrell (Twillingate) Terre Neuve en commémoration de George Phillips. Un adage favori de Kay Boyd, ancienne enseignante et actuellement présidente du Northeast Church Heritage Centre (anciennement South Side United) à Twillingate à Terre Neuve. Affiché au Motel Trepassey à Trepassey, Terre Neuve
Pensées | Pages

Entrevue avec Dieu
Jane Cowell-Poitras nous a retransmis le lien suivant au site web "Interview With God". Il y aura peut-être un délai avant de tout voir le contenu, lequel est en anglais.
http://168.143.173.209/IWGnet.swf
Pensées | Pages

Les sept merveilles du monde
Retransmis de Mary Guynan 22 mai 2002

Un groupe d'étudiants en géographie avaient étudié les sept merveilles du monde. À la fin de l'étude, on les a demandé de cataloguer ce qu'ils pensaient être les sept mervailles du monde moderne. Après quelques discussions, le plus grand nombre de votes étaient pour: En ramassant les votes, le professeur a noté qu'une étudiante n'avait pas encore soumis les siens. Elle a donc demandé à l'étudiante si elle trouvait la décision difficile. Oui, a répondu l'étudiante, parce qu'il y en a tant. Le professeur lui a demandé d'offrir ce qu'elle avait choisi, et l'étudiante a lu: La salle est devenue silencieuse. Il nous est trop facile de penser aux exploits d'homme en merveilles, tout en oubliant les vraies merveilles de la vie.
Pensées | Pages

Mémo de Dieu
Encore de Mary Guynan
Pensées | Pages

Petite prière
Un autre courriel retransmis par Mary Guynan.
Pensées | Pages

Cuire un gâteau
Voici un autre courriel retransmis par Mary Guynan.
Pensées | Pages

Dieu parle
Mary Guynan nous a envoyé ce message par courriel. Il est arrivé avec musique, images de fond et graphiques animées que je ne sais pas réproduire sur ce site. Pourtant, les pensées sont peut-être encore plus puissantes sans les distractions.
Pensées | Pages

Croyer / Doubter
Pensées | Pages

Écoutez le chuchotement
Envoyé par amie torontoise Alda Gieruszczak.
Pensées | Pages

A young and successful executive was traveling down a neighborhood street going a bit too fast in his new Jaguar. He was watching for kids darting out from between parked cars and slowed down when he thought he saw something.

As his car passed, no children appeared. Instead a brick smashed into the Jag's side door! He slammed on the brakes and drove the Jag back to the spot where the brick had been thrown.

The angry driver then jumped out of the car, grabbed the nearest kid and pushed him up against a parked car shouting, "What was that all about and who are you? Just what the heck are you doing? That's a new car and that brick you threw is going to cost me a lot of money. Why did you do it?"

The young boy was apologetic. "Please mister. . . . please, I'm sorry. I didn't know what else to do. I threw the brick because no one else would stop."

With tears dripping down his face and off his chin, the youth pointed to a spot just around a parked car. "It's my brother. He rolled off the curb and fell out of his wheelchair and I can't lift him up." Now sobbing, the boy asked the stunned executive "Would you please help me get him back into his wheelchair? He's hurt and he's too heavy for me."

Moved beyond words, the driver tried to swallow the lump in his throat. He lifted the handicapped boy back into the wheelchair, then took out his handkerchief and wiped at the fresh scrapes and cuts. Too shook up for words, the man simply watched the boy push his wheelchair-bound brother down the sidewalk toward home.

It was a long, slow walk back to the Jaguar. The damage was very noticeable but the driver never repaired the dented side door. He kept the dent to remind him of this message:

Don't go through life so fast that someone has to throw a brick at you to get your attention. God whispers to our souls and speaks to our hearts. Sometimes when we don't have time to listen, He has to throw a brick at us.

Listen to the whisper. . . or wait for the brick. Pensées inspiratrices
Les pensées suivantes de www.quickinspirations.com nous ont été envoyés par Valerie McConnell.
Pensées | Pages

Je reviendrai à toi
Selon notre coutume depuis plusieures années, le vétéran et membre de Summerlea Jack Hill a lu les poèmes de souvenir durant le service de souvenir cette année. Par après, Rév. Deane a lu la lettre qui suit, écrite par Jack à son amie Muriel durant la deuxième guerre mondiale voilà environ soixante années .
Pensées | Pages

Je suis reconnaissant...
(Reçu de Heather Anne Hubbell)

...des impôts que je dois payer, parce que ça veut dire que j'ai du travail.

...du gâchis à nettoyer après une partie parce que ça veut dire que j'ai été entourré d'amis.

...des vêtements trop serrés, parce que ça veut dire que j'ai de quoi à manger.

...de mon ombre qui me regarde quand je travaille, parce que ça veut dire que je suis en dehors au soleil.

...du trottoir qu'il me faut pelleter, des fenêtres qu'il me faut laver, de la gouttière qu'il me faut réparer, parce que ça veut dire que j'ai un chez-moi.

...de toutes les plaintes que j'entends contre le gouvernement, parce que ça veut dire qu'on a le franc-parler.

...de la place que je trouve à l'autre bout du stationnement, parce que ça veut dire que je suis capable à marcher.

...de la personne derrière moi à l'église qui chante mal, parce que ça veut dire je suis capable à l'entendre.

...des piles de vêtements à laver et à repasser, parce que ça veut dire que j'ai des vêtements à porter.

...de la fatigue et de la douleur aux muscles, parce que ça veut dire que j'ai fait quelque chose d'utile.

...du réveille-matin qui sonne le matin, parce que ça veut dire que je suis toujours vivant.

...de trop recevoir de courriels, parce que ça veut dire que j'ai des amis qui pensent à moi.
Pensées | Pages

Le croirions nous?
Un article dans la Gazette de Montréal, 7 septembre, 2001 nous informe qu'Anne Tanney, maîtresse de l'école primaire Holy Cross à Belfast (oû les étudiants en route vers l'école sont harcelés par des protestants) a la citation suivante d'Abe Lincoln sur le mur de son bureau: Le croirions nous?
Pensées | Pages

Règles de l'école du dimanche - 1914
Voici une liste des règles de l'école du dimanche de 1914, trouvée dans une Bible familiale de cette époque.
Pensées | Pages

Politesse
"La politeness est moitié bonne courtoisie et moitié bons mensonges". Mary Wilson Little
citée dans la Montreal Gazette 17 août, 2001 (www.montrealgazette.com).
Pensées | Pages

Mourir ressemble à quoi?
Frank et Judy Maxwell ont dernièrement passé la nuit à Lachine en route de la Nouvelle Écosse à Toronto. Durant la visite, Frank a répété le conte suivant qu'un pasteur avait raconté durant des services funéraires .
Pensées | Pages

Roches
Reçu de Glen Funamoto de l'église unie Trinity, Rosemount (redirigé de Diane Gardilcic).

Un professeur de philosophie est debout devant la classe avec quelques items devant lui. Au début de la classe, sans rien dire, il prend une jarre à mayonneuse et il procède à la remplir de roches d'environ deux pouces de diamètre. Quand il demande aux étudiants si la jarre est pleine, ils lui disent que oui, c'est pleine.

Puis le professeur prend une boite de cailloux et les coule dans la jarre. En perturbant un peu la jarre, les cailloux se déplacent autour des roches. Encore une fois il demande aux étudiants si la jarre est pleine. Et ils sont d'accord qu'elle l'est.

Finalement le professeur prend la boite de sable et le coule dans la jarre. Le sable remplit les espaces qui restent. Alors le professeur dit aux élèves, "Voilà, je voudrais que vous reconnaissiez que cette jarre représente la vie. Les roches sont les choses importantes - la famille, la santé, toutes les choses sans lesquelles la vie ne vaudrait rien. Les cailloux sont les autres choses de conséquence - l'emploi, la maison, la voiture. Le sable est le reste - toutes les choses de peu d'import.

Si vous mettez le sable dans la jarre le premier, il ne reste aucune place pour les cailloux ou pour les roches. C'est pareil dans la vie. Si vous dépensez toute votre énergie et vos heures sur les petits trucs il ne restera pas le temps pour les choses significatives. Portez attention aux choses qui sont critiques pour le bien-être. Jouer avec les enfants; faire les inspections médicales. Il y aura toujours du temps pour le travail, de réparer la maison, de faire un diner.

Décider des priorités. S'occuper d'abord des roches - des choses qui ont vraiment d'importance. Le reste n'est que du sable.
Pensées | Pages

Slow Dance
Reçu de Glen Funamoto de l'église unie Trinity à Rosemont.
Ce poème fut écrit par une jeune femme malade à mourir dans un hôpital à New York. Ce fut communiqué par un médecin - Dr. Yeou Cheng Ma.
SLOW DANCE
Have you ever watched kids
On a merry-go-round?
Or listened to the rain
Slapping on the ground?
Ever followed a butterfly's erratic flight?
Or gazed at the sun into the fading night?

You better slow down.
Don't dance so fast.
Time is short.
The music won't last.

Do you run through each day
On the fly?
When you ask "How are you?"
Do you hear the reply?

When the day is done
Do you lie in your bed
With the next hundred chores
Running through your head?

You'd better slow down
Don't dance so fast.
Time is short.
The music won't last.

Ever told your child,
We'll do it tomorrow?
And in your haste,
Not see his sorrow?

Ever lost touch,
Let a good friendship die
Cause you never had time
To call and say "Hi"?

You'd better slow down.
Don't dance so fast.
Time is short.
The music won't last.

When you run so fast to get somewhere
You miss half the fun of getting there.
When you worry and hurry through your day,
It is like an unopened gift....
Thrown away.

Life is not a race.
Do take it slower
Hear the music
Before the song is over.

Pensées | Pages

Des notes de Prague
Le docteur Tom Pavlasek et son épouse Lois ont passé la saison de Pâques, 2001 à Prague. Quand ils sont revenus, Tom nous a décrit la ferveur religieuse d'un peuple pour qui la religion était illégale durant la plûpart de leurs vies.
Professeur invétéré, Tom nous a fournit des notes des écritures du Dr. Josef Zverina, théologien tchèque qui, durant la 2e guerre mondiale, fut emprisonné dans un camp de concentration Nazi, et durant le régime communiste de 1948 à 1989 fut emprisonné à plusieures occasions et fut banni de servir l'église. On l'a puni d'avoir signé, avec Vaclav Havel et d'autres, la déclaration Chartist (1977) appuyant la déclaration des droits humaines d'Helsinki. Il fut un écrivain prolifique et parmi ses déclarations il a écrit:
    C'est qui un Chrétien? Quelqu'un qui suit le modèle du Christ.
    La vie sans amour ne vaut rien. Nous devons nourrir la culture du coeur et la civilisation d'amour.
    Au sujet de `aimer vos ennemis`: "Nous ne devons pas les permettre de nous forcer de les haïr".
    Au sujet de ce que veut dire l'amour:
1. Le devoir et l'obligation, sans amour, font qu'on soit misérablement déprimé.
2. La responsabilité, sans amour, fait qu'on soit impitoyable sans scrupules.
3. La justice, sans amour, fait qu'on soit dur et qu'on juge les autres.
4. La vérité, sans amour, fait qu'on soit exigeant sans pitié.
5. La sagesse, sans amour, fait qu'on soit malin et rusé.
6. La bienveillance, sans amour, fait qu'on soit hypocrite.
7. L'ordonné, sans amour, fait qu'on soit mesquin et pédantesque.
8. La dignité, sans amour, fait qu'on soit vaniteux.
9. La propriété, sans amour, fait qu'on soit vorace.
10. La foi, sans amour, fait qu'on soit fanatique.
Pensées | Pages

Des pensées de la mère Teresa
Les pensées suivantes sont reproduites du bulletin des nouvelles de Summerlea du printemps / Pâques, 2001.

Les gens sont souvent déraisonnables, illogiques et egocentriques;
Pardonnez-les quand même.

Si vous agissez au coeur généreux, les gens pourraient vous accuser d'avoir des raisons ultérieures;
Agissez au coeur généreux quand même.

Si vous vous trouvez favorisé par le succès, vous gagnerez des amis faux et des ennemis vrais;
Réussissez quand même.

Si vous êtes honnête et sincère, les gens pourraient vous tromper;
Soyez honnête et sincère quand même.

Ce que vous passez des années à bâtir, quelqu'un pourrait détruire du jour au lendemain;
Bâtissez quand même.

Si vous trouvez la sérenité et le bonheur, ils seront jalous;
Soyez heureux quand même.

Le bon que vous faites aujourd'hui, les gens l'oublieront demain;
Faites du bien quand même.

Donnez de votre mieux au monde malgré les autres.
En fin de compte, voyez vous, c'est entre vous et Dieu;
ça na jamais été entre vous et eux-autres.

Merci à Mary Oulton de nous avoir fournit ces pensées de mère Teresa.
Pensées | Pages

Souvenirs
Ce poème fut écrit par Michelle Mckenzie, 10 ans, juste avant l'Office de souvenir le 11 novembre, 2000, où elle le nous a présenté. Le poème fut publié dans le bulletin Summerlea de l'Avent, 2000.
War
The world is free,
The world is like a bee,
It buzzes round and round you see.
People died and that is that.
We cannot change what happened then
The war destroyed many men.
It has broken families apart
Leaving only broken hearts.
Some survived this frightful war
But will not forget the men aboard
The ship that sailed from place to place,
Freeing countries at a pace.
Their friends died helping others
But they will never forget their brothers
War can be cruel
War can be mean,
But that is why our country is free.
We say to the men with all our hearts
THANK YOU.


Et merci à Michelle, de nous offrir ce magnifique poème.
Pensées | Pages

Pensées de Columbine
Souvent les commentaires médiatiques au sujet de la jeunesse de nos jours mettent l'accent sur le mauvais.
L'editorial suivant fut publié par un adolescent (nom inconu) à la suite de la tragédie à Columbine aux États Unis. On l'a aussi publié dans le bulletin Summerlea de l Avent, 2000.

"The paradox of our time in history is that we have
taller buildings, but shorter tempers;
wider freeways, but narrower viewpoints;
we spend more, but have less;
we buy more, but enjoy it less.
We have bigger houses and smaller families;
more conveniences, but less time;
we have more degrees, but less sense;
more knowledge, but less judgment;
more experts, but more problems;
more medicine, but less wellness.
We have multiplied our possessions, but reduced our values.
We talk too much, love too seldom, and hate too often.
We've learned how to make a living, but not a life;
we've added years to life, not life to years.
We've been all the way to the moon and back,
but have trouble crossing the street to meet the new neighbour.
We've conquered outer space, but not inner space;
we've -cleaned up the air, but polluted the soul;
we've split the atom, but not our prejudice.
We have higher incomes, but lower morals;
we've become long on quantity, but short on quality.
These are the times of tall men, and short character;
steep profits, and shallow relationships.
These are the times of world peace, but domestic warfare;
more leisure, but less fun;
more kinds of food, but less nutrition.
These are days of two incomes, but more divorce;
of fancier houses, but broken homes.
It is a time when there is much in the show window and nothing in the stockroom;
a time when technology can bring this letter to you, and a time when you can choose
either to make a difference ... or just hit delete."

Columbine High School Student
(after the tragedy)

Pensées | Pages

Poèmes d'autrefois
Les poèmes suivants furent trouvés parmis les effets de la mère de Marg Lynn après son décès l'automne de 2000.
  1. Today's the Day
    Three days, I find, make up our life,
    When shadow and sunshine play.
    The day that is past and the day to come,
    And the one that is called "Today".

    Three days, I'm sure, make up our life,
    But two are not ours at all;
    For yesterday, laden with good or ill,
    Has passed beyond recall.

    And tomorrow sits shrouded, near God's throne,
    And her veil none can tear away;
    But today is the golden day for all -
    For God's work may be done today.


  2. And Then You Have Heaven Too
    What a wonderful thought this is, to be true,
    We have "All this and Heaven too"-
    We have friends who love us and whom we love,
    We have earth and sea and sky above,
    The beauty of flowers and the grace of trees,
    A thousand things that delight and please,
    We have all these things to fill our hearts,
    With the great happiness each imparts,
    But, as if God thought our joys too few,
    He whispers, "And then you have heaven too".

  3. Four Kinds of Bones Someone has said that membership in every organization is made up of four kinds of bones:
    1. There are the Wishbones, who spend all their time wishing someone else would do all the work.
    2. There are the Jawbones, who do all the talking but very little else.
    3. There are the Knucklebones who knock everything that everyone else tries to do.
    4. Finally, there are the Backbones who get under the load and do the work.


Pensées | Pages

Pensées de l'église unie St. Andrew's, Chateauguay
Les items suivants sont du bulletin mai / juin, 2000 de l'église unie St. Andrew's, Chateauguay.

Plusieurs gens passeront à travers votre vie,
Mais seulement les vrais amis laisseront des empreintes de pas dans le cœur,
S'occuper de soi-même, se servir de la tête,
S'occuper des autres, se servir du cœur.

Anger is only one letter short of danger.

Si quelqu'un vous trahit une fois, c'est la faute à lui,
S'il le fait une deuxième fois, c'est la faute à vous.

L'esprit supérieure discute des idées;
L'esprit moyen discute des événements;
L'esprit inférieur discute des gens.

Qui perd de l'argent perd baucoup;
Qui perd un ami perd beaucoup plus;
Qui perd la foi perd tout.

La belle jeunesse est un événement de la nature;
Le bel age d'or est un travail d'art.

Apprenez des erreurs d'autres;
Vous n'aurez pas le temps de les tous faire par vous-même.

Amis, vous et moi...,
Vous nous amenez un autre ami...,
Et la on est trois...,
Nous formons un groupe...,
Notre cercle d'amis...,
Et comme le cercle...,
Il n'y a ni début ni fin...

Hier c'est l'histoire.
Demain c'est le mystère.
Aujourd'hui c'est un cadeau.
C'est pour ça qu'on l'appelle le présent.
(En anglais, present veut dire cadeau)

On peut vivre la vie de deux façons.
L'un c'est comme s'il n'existe pas de miracles.
L'autre c'est comme si tout est miracle.

(Albert Einstein 1879-1955)

Pensées | Pages

Le pasteur parfait
Courriel de Frederick et Eunice Tees au Rév. Deane 8 mars, 2001.
Mon épouse est en train de lire "These Green Hills" de Jan Karon. Le dedans se trouve le morceau suivant que je t'envoie pour ta clarification et édification.

Le pasteur parfait prêche exactement dix minutes. Il condamne le péché mais il ne blesse jamais personne. Il travaille de huit heures du matin jusqu'a minuit et il sert aussi comme concièrge de l'église. Il est agé de vingt-neuf ans et il a quarante ans d'expérience. Il fait quinze visites chez les paroissiens chaque jour et il est toujours au bureau.
Pensées | Pages
Des désirs pour les petits-enfants...
Courriel à Marg Lynn de sa fille Heather-Anne
Pensées | Pages
De Donna Corbin
Pensées | Pages
Des conseils de Bill Gates
Un courriel de Norma Bryce via Dianne Goodyear présente des conseils de Bill Gates aux finissants d'une école secondaire, sur onze vérités qu'on n'apprend pas à l'école.
Pensées | Pages